L’énigme de la Prophétie du Psaume 22

Il y a quelques années, J, un ami et collègue est venu me voir dans mon bureau. C’était un homme intelligent, éduqué – qui ne croyait nullement à la résurrection. Cependant, du fait de sa curiosité, nous avons eu tous les deux des conversations chaleureuses et ouvertes. N’ayant jamais lu la Bible, je l’ai encouragé, de temps à autre, à en explorer le contenu.

Un jour, il est entré dans mon bureau avec une Bible pour me prouver qu’il s’était réellement mis à la lire. Il l’avait ouverte au hasard, au milieu, m’a-t-il dit. Je lui ai alors demandé ce qu’il lisait.

Je vous livre notre conversation.

 “Je lis le Psaume 22” m’a-t-il répondu.
“Ah bon? Et de quoi ça parle selon toi?”
“Je suppose qu’il s’agit de la crucifixion de Jésus” a-t-il répondu.

“Ca me paraît juste” lui ai-je dit en riant.”Mais tu as environ mille ans d’avance. Le psaume 22 a été écrit par David il y a quelque 1000 ans avant Jésus-Christ. La crucifixion de Jésus, elle, a eu lieu en 30.”

Ne connaissant pas la Bible, J ne s’était pas rendu compte que les Psaumes n’étaient pas le récit de la vie de Jésus racontée par ses contemporains. Par le passé, il n’avait entendu que quelques histoires de la vie de Jésus, dont le récit de la crucifixion. En lisant ce psaume au hasard, il avait eu l’impression d’avoir sous les yeux une description de la crucifixion.  Dans son ”ignorance”, il avait supposé qu’il s’agissait de la crucifixion.   Nous avons bien ri au sujet de ce premier faux pas dans la lecture de la Bible.

Je lui ai demandé ensuite ce qui dans le Psaume 22 lui avait fait penser qu’il s’agissait de la résurrection de Jésus. C’est ainsi qu’a commencé notre petite étude approfondie. Je vous invite maintenant à examiner quelques-unes des similitudes que J a relevées entre ce Psaume et le récit de la résurrection. Pour cela, j’ai fait un tableau dans lequel j’ai mis côte à côte les passages similaires. Je les ai également soulignés en des couleurs assorties.

Comparaison des récits relatifs à la crucifixion dans les évangiles avec  Psaume 22

Détails Crucifixion des Évangiles Psaume 22 – écrite 1000 avant JC
(Matthieu 27 : 31-48) …et l’emmenèrent pour le crucifier.  39 Ceux qui passaient par là lui lançaient des insultes en secouant la tête,  40 et criaient:      —Hé, toi qui démolis le Temple et qui le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-même. Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix! 41 De même, les chefs des prêtres se moquaient de lui, avec les spécialistes de la Loi et les responsables du peuple, en disant:

42 —Dire qu’il a sauvé les autres, et qu’il est incapable de se sauver lui-même! C’est ça le roi d’Israël? Qu’il descende donc de la croix, alors nous croirons en lui! 43 Il a mis sa confiance en Dieu. Eh bien, si Dieu trouve son plaisir en lui, qu’il le deliver! N’a-t-il pas dit: «Je suis le Fils de Dieu»?

44 Les brigands crucifiés avec lui l’insultaient, eux aussi, de la même manière. 45 A partir de midi, et jusqu’à trois heures de l’après-midi, le pays entier fut plongé dans l’obscurité. 46 Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte… « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » 48 L’un d’entre eux courut aussitôt prendre une éponge, qu’il imbiba de vinaigre et piqua au bout d’un roseau.

Marc 15 : 16 à 20

16 Les soldats emmenèrent Jésus dans la cour intérieure du palais … 17 Alors ils le revêtirent d’un manteau de couleur pourpre[b]et lui posèrent une couronne tressée de rameaux épineux. 18 Puis ils le saluèrent en disant:      —Salut, roi des Juifs! 19 Ils le frappaient à la tête avec un roseau et crachaient sur lui, s’agenouillaient et se prosternaient devant lui. 20 Quand ils eurent fini de se moquer de lui, ils lui arrachèrent le manteau de couleur pourpre, lui remirent ses vêtements et l’emmenèrent hors de la ville pour le crucifier… 37 Mais Jésus poussa un grand cri et expira. (Jean 19 : 34) ils ne lui brisèrent pas les jambes34  lui enfonça sa lance dans le côté, et aussitôt il en sortit du sang et de l’eauC’est là qu’ils le crucifièrent (Jn 19 : 18)  

Jean 2O : 23 à 25  (Thomas) Si je ne vois pas la marque des clous dans ses mains, si je ne mets pas mon doigt à la place des clous, et si je ne mets pas la main dans son côté, je ne croirai pas… C’est là qu’ils le crucifièrent. Lorsque les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une pour chacun d’eux. Restait la tunique qui était sans couture… Les soldats se dirent entre eux: « Au lieu de la déchirer, tirons au sort pour savoir qui l’aura »

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?  Tu restes loin, tu ne viens pas me secourir malgré toutes mes plaintes.

3 Mon Dieu, le jour, j’appelle, mais tu ne réponds pas.  La nuit, je crie, sans trouver de repos… 

7 Mais moi je suis un ver, je ne suis plus un homme,  tout le monde m’insulte, le peuple me méprise,

8 ceux qui me voient se rient de moi.  Tous, ils ricanent. On fait la moue en secouant la tête: 

9 «Il se confie en l’Eternel?  Eh bien, que maintenant l’Eternel le délivre!  Puisqu’il trouve en lui son plaisir, qu’il le libère donc[d]!» 

10 Oui, c’est bien toi qui, depuis ma naissance, m’as protégé.  Tu m’as mis en sécurité sur le sein de ma mère. 

11 Dès mon jeune âge, j’ai été placé sous ta garde.  Dès avant ma naissance, tu es mon Dieu. 

12 Ne reste pas si loin de moi car le danger est proche,  et il n’y a personne qui vienne pour m’aider. 

13 De nombreux taureaux m’environnent:  ces fortes bêtes du Basan sont tout autour de moi. 

14 Ils ouvrent largement leurs gueules contre moi,  ils sont comme un lion qui rugit et déchire. 

15 Je suis comme une eau qui s’écoule  et tous mes os sont disloqués Mon cœur est pareil à la cire,  on dirait qu’il se fond en moi. 

16 Ma gorge est desséchée comme un tesson d’argile,  ma langue colle à mon palaistu me fais retourner à la poussière de la mort.

17Des hordes de chiens m’environnent,  la meute des méchants m’assailleIls ont percé m es mains, mes pieds

18 je pourrais compter tous mes os;  ils me regardent, ils me toisent,

19 ils se partagent mes habits  et tirent au sort ma tunique.

 

Quoique logique, la conclusion que J avait tirée était fausse. Il pensait avoir sous les yeux le récit de la crucifixion du Vendredi Saint écrit par des témoins oculaires. Cela devrait nous interroger. Comment peut-on en effet expliquer les similitudes frappantes entre le Psaume 22 et les récits de la crucifixion? Est-ce une pure coincidence que des détails tels que le fait que ses vêtements seraient A LA FOIS partagés (les vêtements qui avaient des coutures étaient déchirés le long de cette couture et répartis entre les soldats) ET tirés au sort (ils faisaient cela pour éviter que le vêtement sans la couture ne soit abîmé en étant déchiré, que de tels détails donc puissent correspondre aussi précisément ? Le Psaume 22 a été écrit avant que ne soit inventée la crucifixion; et pourtant nous en avons ici une description détaillée (mains et pieds percés, os brisés alors que la victime était suspendue au bois). L’évangile de Jean ajoute que de l’eau et du sang sont sortis de son côté lorsque la lance l’a transpercé, indiquant que du liquide s’était accumulé dans la cavité péricardienne autour de son coeur. On peut en conclure que Jésus est mort d’un infarctus. Cela correspond parfaitement à la description du Psaume 22 ” Mon cœur est pareil à la cire, on dirait qu’il se fond en moi ». Le mot hébreux traduit par « percé » au verset 16 du Psaume 22 signifie littéralement « comme un lion ». En d’autres termes, les mains et les pieds avaient été mutilés et déchiquetés lorsqu’ils avaient été percés (comme si un lion était passé par là). Que penser de tout cela?

Jésus, sous la plume de ceux qui ont écrit les évangiles, se réfère à ces similitudes comme étant prophétiques. Dieu avait inspiré les prophètes de l’Ancien Testament des centaines d’années avant la vie de Jésus pour prédire les détails de sa vie et de sa mort, de sorte que nous sachions que tout cela avait été prévu dans le plan de Dieu. On peut dire que l’accomplissement des prophéties concernant les événements du Vendredi Saint porte la signature de Dieu. Qui, en effet, peut ainsi connaître l’avenir ? C’est la preuve de l’action et de l’intervention de Dieu dans l’histoire.

L’explication de Bart Ehrman

Bart Ehrman, célèbre érudit de la Bible et critique des évangiles, réplique que les références prophétiques du Psaume 22 sont fausses puisque le but ultime du récit de l’évangile était que le “Messie” ou “Christ” était censé être sacrifié. Or le Psaume 22 ne fait nullement mention que la victime est le “Messie”.

Je le cite: “Mais que fait-on du fait qu’il n’y avait aucune prophétie disant que le Messie devrait souffrir et mourir? ”(Bart Ehrman, Jesus Interrupted. p. 234)

Cela soulève tout de même une autre question. Jésus ne devait pas seulement accomplir une prophétie (comme celles du Psaume 22) mais une multitude de prophéties.

Ces dernières ont toutes été écrites par différents auteurs vivant à des époques différentes, issus de diverses milieux sociaux, au cours de la période de l’Ancien Testament – et elle sont vérifiables puisque nous pouvons voir si elles se sont produites ou non. Pour relever le défi d’ Ehrman, Daniel, qui vivait en exil à Babylone, vers 550 avant Jésus, a reçu une vision dans laquelle il lui a été dit cette énigme prophétique:

»Sache-le donc et sois attentif! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem serait restaurée et reconstruite jusqu’au Messie, au conducteur, il y a 7 semaines et 62 semaines. Les places et les fossés seront restaurés et reconstruits, mais ce sera une période de détresse. 26 Après les 62 semaines, le Messie sera exclu et il n’y aura personne pour lui venir en aide. Le peuple d’un prince qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, puis sa fin arrivera comme par une inondation. Il est décidé que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre.     Daniel 9:25-26 Segond 21 (SG21)

Hum. Malgré tout le respect que j’ai pour cet érudit, je crois qu’il est passé à côté de ce passage de l’Ancien Testament. Nous avons là une prophétie indiquant que l’ “Oint de Dieu”(= Christ= Messie) serait “mis à mort” (sa vie serait retranchée). L’indication du temps où cela se produirait ainsi que les détails de cette mise à mort (ce retranchement), prédisant la signification de la mort de Jésus, récuse (dément) totalement l’allégation d’Ehrman selon laquelle il n’existe aucune prophétie indiquant que “le Christ” devait souffrir et mourir.

L’explication de Spong

D’autres, comme Shelby Spong (dans son livre “Ce Seigneur Hébreux”) prétendent que ceux qui ont rédigé les évangiles ont tout fait pour faire correspondre les événements de la crucifixion du Vendredi Saint avec les prophéties. Il fait une analyse verset par verset montrant les similitudes existant entre le Psaume 22 et le récit de la crucifixion rapporté dans les évangiles. La théorie de Spong signifie tout au moins qu’il pense que les similitudes demandent une excplication. Mais son explication ignore totalement le témoignage d’historiens de cette époque, témoignages extérieurs à la Bible. Voici ce que nous disent respectivement Josèphe et Tacite:

« En ce temps-là paraît Jésus, un homme sage, Jésus, bon et vertueux… Il entraîna beaucoup de Judéens et aussi beaucoup de Grecs à sa suite. Ils devinrent ses disciples.  Pilate le condamna à la croix et le fit mourir.”  (Flavius Josèphe, historien juif. 90 apres JC. Antiquités judaïques xviii. 33)

“Christ, fondateur de ce nom, a été mis à mort par Ponce Pilate, procurateur de Judée sous le règne de Tibère”. (Tacite, historien romain. 117 apres JC. Annales XV. 44.)

Leurs témoignages s’accordent de façon générale avec les évangiles qui affirment que Jésus a été crucifié. C’est important car bon nombre des détails mentionnés dans le Psaume 22 se rapportent à la crucifixion. Si les auteurs des évangiles avaient compensé ou grossièrement déformé les véritables événements pour que ceux-ci “correspondent” au Psaume 22, ils auraient dû initialement inventer toute l’histoire de la crucifixion. Cependant personne à cette époque à nié sa crucifixion, et l’historien juif Josèphe indique que c’est de cette façon qu’il a été exécuté.

Le Psaume 22 et l’héritage de Jésus

Mais, dans le tableau ci-dessus, le Psaume 22 ne s’arrête pas au verset 18 ; il continue de manière harmonieuse.

Remarquez le ton triomphant de la fin du psaume- après que la personne est morte !

27  Que les malheureux mangent, et qu’ils soient rassasiés! Oui, qu’ils louent l’Eternel, ceux qui vivent pour lui! Que votre vie dure toujours!

28 Aux confins de la terre, tous les peuples du monde se souviendront de l’Eternel. Tous, ils se tourneront vers lui, et toutes les nations se prosterneront devant lui.

29 Car l’Eternel est roi, il domine sur les nations.

30 Tous les grands de la terre mangeront et l’adoreront, et ceux qui s’en vont vers la tombe, ceux dont la vie décline, se prosterneront devant lui.

31 Leur postérité, à son tour, servira l’Eternel et parlera de lui à la génération qui viendra après elle.

32 Cette postérité publiera sa justice et elle annoncera au peuple qui va naître ce qu’a fait l’Eternel pour le salut des siens.

Notez qu’il n’est pas question ici de détails concernant la mort de cette personne. Ce sujet avait été abordé dans la première section de ce Psaume. Le psalmiste parle désormais de l’impact de la mort de cette personne sur la postérité et les générations à venir. (Verset 31). Il est question de nous qui vivons 2000 ans plus tard. Il nous est dit que la postérité, qui suit cet homme « percé » ayant subi une mort aussi atroce, le servira et qu’on « lui parlera de lui ». Le verset 28 prédit l’ampleur de l’impact géographique de cet événement. Il atteindra « les confins de la terre », tous «les peuples du monde » et il aura pour conséquence « qu’ils se tourneront vers lui ».  Le verset 30 indique que « ceux qui s’en vont vers la tombe, ceux dont la vie décline » (n’est-ce pas ce qui nous attend tous ?), se prosterneront un jour devant lui. La justice de cet homme sera proclamée à des gens qui n’étaient pas encore vivants (« ceux qui n’étaient pas encore nés ») à l’époque de sa mort.

Nul n’aurait pu faire une meilleure prédiction de l’héritage de la mort de Jésus que ne l’a  fait le Psaume 22. Deux mille ans après Jésus, auront lieu un peu partout dans le monde cette semaine des célébrations du Vendredi Saint,  soulignant l’impact mondial de la mort de Jésus, accomplissant la conclusion du Psaume 22 aussi mystérieusement que les versets précédents avaient prédit les détails de sa mort. Qui d’autre dans l’histoire humaine peut affirmer qu’il avait prédit, mille ans avant qu’il vive, les détails de sa mort et l’héritage de sa vie dans un avenir aussi lointain ?

La conclusion du Psaume 22 n’a rien à voir avec le fait que les récits des évangiles auraient emprunté leurs détails à ce Psaume, puisqu’il est question maintenant d’événements ayant eu lieu beaucoup plus tard- ceux de notre temps. Comment Spong intègre-t-il ce fait dans ses explications ? Il ne le fait pas. Il ignore totalement la dernière partie du Psaume 22.

Peut-être que comme mon ami J, durant le Vendredi Saint, vous allez vous aussi saisir l’opportunité de considérer le Psaume 22 à la lumière de la crucifixion de Jésus.  Cela demandera de votre part un plus gros effort mental que si vous abordiez « superficiellement » le Vendredi Saint.

Et peut-être que vous aussi, à l’instar de J, vous ferez des gaffes lorsque vous interprèterez le texte. Que cela ne vous empêche pas de persévérer. Comme vous pouvez le constater, même les savants les plus célèbres font des gaffes à propos du Psaume 22. La recompense en vaut la chandelle, car l’homme auquel je pense que le Psaume 22 fait référence a promis ceci :

« Je suis venu afin qu’ils aient la vie, la vie en abondance » (Jean 10: 10).

Cette fête de Pâques prendrait alors tout son sens et me comblerait effectivement. Vous trouverez ici le contenu du Psaume 22 en entier, ainsi que le récit de la crucifixion selon Matthieu, Marc, Luc et Jean. Que Dieu vous accorde d’expérimenter cette vérité non seulement durant le Vendredi Saint, mais aussi durant toute l’année.

2 thoughts on “L’énigme de la Prophétie du Psaume 22”

  1. Merci pour ces explications claires. Toutefois permettez moi de relever 2 fautes de dates dans le paragraphe sur Spong.
    Vous citez Flavius Josèphe : 90 avant JC et Tacite 117 avant JC.
    Mais nous avons volontiers rectifié. Pour rappel le 1er serait mort vers 100 après JC et le 2eme vers 120.
    Soli Deo Gloria

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *