La Bible: Est-Elle Fiable? Ou at-il été corrompu?

Dans l’âge scientifique et moderne dans laquelle vous et moi vivons nous remettons en question la plupart des points de vue non-scientifiques que les générations précédentes croyaient. Ce scepticisme est particulièrement axé vers les croyances religieuses en général, et la Bible en particulier. Beaucoup d’entre nous doute la fiabilité de la Bible. Ceci découle d’une perception que nous avons de la Bible. Après tout, ce livre a été écrit il y a plus de deux mille ans.

À cette époque, il n’y avait pas d’imprimeries, pas de photocopieurs, ni de maisons d’édition. Les manuscrits originaux étaient tous copiés à la main de génération en génération pendant que des langues disparaissaient et que d’autres faisaient leur apparition, pendant que des empires s’effondraient et que d’autres puissances s’élevaient. Puisque les originaux ont disparu depuis longtemps, comment pouvons-nous savoir si ce que nous lisons aujourd’hui dans la Bible est conforme à ce qui a été écrit initialement par les auteurs?

Souvent les enfants jouent à un jeu qui s’appelle le « téléphone arabe », dans lequel un message est murmuré à l’oreille d’une personne qui à son tour, le murmure à l’oreille de son voisin jusqu’à ce que le message ait fait le tour de tous les participants. Enfin, la dernière personne répète le message à haute voix. Tous les joueurs remarquent la modification du message depuis son début jusqu’à la fin de la chaîne humaine.

Peut-on comparer ce jeu au passage de la Bible à travers les époques, en sorte que ce que nous lisons aujourd’hui soit considérablement différent des écrits originaux?

Principes de la critique textuelle

Naturellement, cette question s’applique à n’importe quel document ancien. Le schéma suivant démontre comment certains écrits sont conservés.

exemple des differentes etapes dun document ancien

Ce graphique simplifié nous donne l’exemple d’un document ancien écrit en 500 av. J.-C. La copie originale n’est toutefois pas conservée indéfiniment : elle doit donc être recopiée avant qu’elle ne se détériore ou ne soit perdue ou détruite (1re copie). Des professionnels, appelés scribes, faisaient la transcription. Au fil des ans, des copies étaient faites de la copie (2e et 3e copies). À un certain moment, une copie est con-servée, devenant une copie existante encore au-jourd’hui (3e copie). Dans l’exemple du graphique précédent, la copie encore existante aujourd’hui a été faite en 500 apr. J.-C. Ceci veut dire que nous ne connaissons l’état de ce document qu’à partir de 500 apr. J.-C. En conséquence, la période entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C. (représenté par un « X » dans le schéma) est une période où nous ne pouvons pas vérifier les copies puisque tous les manuscrits de cette période ont disparu.

Par exemple, si des erreurs de transcription ont été faites (intentionnellement ou non) quand la 2e copie a été faite de la 1re, nous serions incapables de le savoir puisque nous ne pouvons pas les comparer. Cette période de temps (la période « X ») antérieure aux copies existantes en est donc une d’incertitude quant aux textes. Par conséquent, nous pouvons donc formuler le principe suivant : plus la période de temps «X» est courte plus nous pouvons être confiants de l’exactitude de la copie conservée puisque cette période d’incertitude est réduite.

Bien entendu, nous avons habituellement plus d’une copie existante encore de nos jours. Supposons que nous ayons deux de ces copies et que dans la même section de chacune d’elle nous retrouvions la traduction de la phrase suivante :

lapin vs sapin 2 manuscritsL’auteur écrivait soit à propos d’un beau lapin ou d’un beau sapin. Un manuscrit contient donc une erreur de transcription, mais lequel des deux? Selon ce que nous possédons, il est très difficile de le déterminer.

Supposons maintenant que nous ayons deux autres manuscrits de la même œuvre, comme le montre l’illustration suivante.

lapin vs sapin 4 manuscritsIl est maintenant plus facile de déduire lequel des manuscrits contient l’erreur. Il est plus probable que l’erreur se soit produite une fois plutôt que trois. Il est fort probable que ce soit le manuscrit no 2 qui contienne l’erreur, et que l’auteur décrivait un beau lapin et non un beau sapin. Cet exemple fort simple illustre un 2e principe que nous pouvons appliquer pour vérifier l’intégrité d’un manuscrit – plus il y a de manuscrits disponibles, plus il est facile de déceler et de corriger les erreurs et d’établir le contenu de la copie originale.

Nous avons maintenant deux indicateurs que nous pouvons utiliser pour déterminer la fiabilité textuelle de la Bible :

  1. Établir le nombre d’années séparant le document original et le plus ancien manuscrit existant,
  2. Compter le nombre de copies existantes.

Manuscrits de la Bible par rapport à ceux du littérature classique gréco-romaine

Puisque ces principes s’appliquent aussi bien à n’importe quel document ancien, nous pouvons aller de l’avant et les appliquer non seulement à la Bible, mais également à d’autres œuvres anciennes, comme l’illustre le tableau suivant : (1)

anciens auteur classiqueCes auteurs représentent les principaux écrivains classiques de l’Antiquité – leurs écrits ont influencé le développement de la civilisation occidentale. Les copies conservées nous fournissent en moyenne de 10 à 100 manuscrits, environ 1000 ans après la rédaction de l’original.

Le tableau suivant compare les écrits bibliques (en particulier le Nouveau Testament) selon les mêmes points d’intérêts : (1)

anciens manuscrits bibliqueLa quantité de manuscrits du Nouveau Testament est tellement élevée qu’il est impossible de les énumérer tous dans un tableau. Comme le déclare un érudit (3) qui a passé des années à étudier le sujet :

« Nous avons plus de 24 000 copies de portions du N.T. conservées à ce jour […] ce qui dépasse de beaucoup en nombre tout autre document ancien en plus d’être attestées. En comparaison, l’Iliade de Homère arrive au deuxième rang avec 643 manuscrits toujours existants. »

Un savant du British Museum (4) le confirme :

« Les érudits sont convaincus qu’ils possèdent essentiellement les vrais textes des principaux auteurs grecs et romains…pourtant notre connaissance de leurs écrits dépend d’une poignée de manuscrits, tandis que les manuscrits du N.T. se comptent par… milliers. »

Et un nombre significatif de ces manuscrits sont extrêmement ancienne. Je possède un livre des premiers documents du Nouveau Testament. Il commence avec,

Ce livre fournit des transcriptions de 69 manuscrits du Nouveau Testament les plus tôt …daté d’à partir du début du 2ème siècle jusqu’au début du 4ème … (100-300 après JC) et ils contiennent 2/3 du texte du Nouveau Testament (P. Comfort, “The Text of the Earliest New Testament Greek Manuscripts”. p. 17. 2001)

L’empereur Constantin et la fiabilité de la Bible

C’est significatif puisque ces manuscrits datent avant l’Empereur romain Constantine (autour de 325 après JC) qui est souvent accusé de changer le texte biblique. S’il avait fait ainsi nous pourrions le vérifier en observant les modifications des textes avant lui (nous les avons) en les comparants aux textes qui viennent après lui. Mais le message des textes à partir de 200 après JC est le même que ceux d’un mille ans plus tard. Les plus réputés d’entre eux sont le Manuscrit Sinaiticus (autour de 350 après JC) et le Manuscrit Vaticanus (autour de 325 après JC). L’idée que des Chrétiens (ou Constantine et l’église catholique) ont changé ces textes n’a aucun sens du tout. Ce n’aurait pas été possible pour eux, dispersé partout, d’être en accord sur les changements à être faits. Même si ceux en Arabie par exemple avaient fait ça, la différence entre leur livre et ceux de Syrie ou Europe etc., aurait été évidente. Ni l’Eglise catholique, ni Constantin a changé la Bible. Ce n’est pas une déclaration religieuse, il est fondé uniquement sur des données scientifiques.

La figure ci-dessous illustre la chronologie des manuscrits à partir de laquelle le Nouveau Testament de la Bible est fondée.

Chronologie historique  des  manuscrits  de Nouveau Testament
Chronologie historique des manuscrits de Nouveau Testament

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de ceci? Au moins dans ce que nous pouvons objectivement mesurer en temps (selon les mss existants et la durée de temps entre l’original et les plus vieux manuscrits) les preuves appuyant le N.T. surpassent n’importe quelle oeuvre classique de l’Antiquité. Le verdict vers lequel pointe l’évidence est le mieux résumé dans la citation suivante : (5)

« Le scepticisme à l’égard des textes que nous avons du N.T. fait sombrer tous les classiques dans l’obscurité, car aucun autre document de l’Antiquité est authentifié bibliographiquement autant que ne l’est le Nouveau Testament. »

Autrement dit, pour être logique, si nous décidons de douter de la fiabilité de la conservation de la Bible, il vaut mieux rejeter également tout ce que nous savons de l’histoire classique en général – aucun historien averti ne l’a fait. Nous savons que les époques, les langues et les empires se sont succédées à travers les ans, mais les textes bibliques eux n’ont pas été modifiés puisque les plus vieux mss que nous possédons sont antérieurs à ces événements. Par exemple, nous savons qu’aucun moine un peu trop zélé du Moyen Âge ne peut avoir ajouté aux miracles attribués à Jésus dans les écrits bibliques puisque tous les manuscrits précédant cette période les contenaient déjà.

Questions de traductions de la Bible

Mais qu’en est-il des erreurs de traduction, et le fait qu’il existe tellement de versions de la Bible aujourd’hui? Cela ne démontre-t-il pas qu’il est impossible de déterminer avec précision ce que les auteurs d’origine ont vraiment écrit? Parce que la majorité de la littérature classique a été écrite en grec (la langue originale du Nouveau Testament) il est possible de traduire avec précision les pensées et les mots des auteurs d’origine. À vrai dire, les différentes versions modernes l’attestent. Par exemple, lisez le verset bien connu Jean 3.16 dans les versions les plus répandues, remarquez la petite différence entre les mots, mais l’uniformité dans l’idée et la signification :

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, l’Unique–Engendré, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. » Bible de Jérusalem

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Version Louis Segond

« Dieu, en effet, a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » Traduction œcuménique de la Bible

Vous pouvez constater que ces traductions ne se contredisent pas – elles se répètent, mais avec des mots légèrement différents.

Pour récapituler, ni le temps ni la traduction n’ont modifié les idées et les pensées originales telles qu’exprimées dans les manuscrits bibliques originaux qui sont perdus. Mais nous pouvons savoir avec précision que la Bible d’aujourd’hui est telle que les auteurs l’ont écrite.

Il est important de prendre conscience de ce que cette étude prouve et ne prouve pas. Elle ne prouve pas que la Bible est nécessairement la Parole de Dieu, ni qu’elle est véridique. On peut débattre (du moins selon les preuves présentées dans ce dépliant) que malgré le fait que les idées originales des auteurs bibliques aient été transmises avec exactitude, cela ne prouve pas ou n’indique pas que ces idées étaient justes (ou encore qu’elles venaient de Dieu). C’est vrai en soi.

Mais en commençant par comprendre la fiabilité du texte biblique, cela nous donne un bon point de départ pour débuter une sérieuse investi- gation à savoir si on peut répondre aux autres questions soulevées et voir quel est le thème de la Bible. La Bible affirme que son message porte une bénédiction de Dieu. Que faire si il ya une chance que c’est vrai? Prenez le temps d’apprendre quelques-uns des événements importants de la Bible que j’explique ici sur ce site. Vous pourriez être surpris. Un bon point de départ est le signe d’Abraham.

  1. McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979. p. 42-48
  2. Comfort, P.W. The Origin of the Bible, 1992. p. 193
  3. McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979. p. 40
  4. Kenyon, F.G. (former director of British Museum) Our Bible and the Ancient Manuscripts. 1941 p.23
  5. Comfort, P.W. “The Text of the Earliest New Testament Greek Manuscripts”. p. 17. 2001
  6. Montgomery, History and Christianity. 1971. p.29