Corrompu (partie 2)… et manquant le but

Dans l’article précédent j’ai observé que la Bible nous décrit comme corrompus par rapport à l’image originale de Dieu à laquelle nous avons été créés. Une analogie visuelle qui m’a aidé à mieux le ‘voir’ était celle des orcs de Middle Earth, corrompus par rapport aux elfes. Mais d’un point de vue biblique, comment est-ce arrivé?

C’est enregistré dans le livre de la Genèse dans la Bible. Peu après avoir été créés ‘à l’image de Dieu’ les premiers humains ont été éprouvés. Le récit rapporte un échange avec un ‘serpent’. Le serpent a toujours universellement représenté Satan – un adversaire angélique à Dieu. Dans la Bible, Satan confronte généralement en parlant à travers une autre personne. Dans ce cas il a parlé à travers un serpent. L’échange nous est rapporté de la façon suivante.

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: «Dieu a-t-il vraiment dit: ‘Vous ne mangerez aucun des fruits des arbres du jardin’?»

La femme répondit au serpent: «Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Cependant, en ce qui concerne le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: ‘Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’»

Le serpent dit alors à la femme: «Vous ne mourrez absolument pas, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme Dieu: vous connaîtrez le bien et le mal.»

La femme vit que l’arbre était porteur de fruits bons à manger, agréable à regarder et précieux pour ouvrir l’intelligence. Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea. Leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent, et ils prirent conscience qu’ils étaient nus. Ils attachèrent des feuilles de figuier ensemble et s’en firent des ceintures. (Genèse 3:1-7)

Le point crucial de leur choix, et donc la tentation, était qu’ils pourraient ‘être comme Dieu’. Jusqu’à présent ils avaient implicitement fait confiance à Dieu pour tout et L’avaient pris au mot pour tout. Maintenant ils avaient le choix de le délaisser, de devenir ‘comme Dieu’, de faire confiance en eux-mêmes et de se prendre au mot. Ils pourraient devenir eux-mêmes ‘dieux’, capitaines de leurs propre navires, maîtres de leur destin, autonomes et ne répondant qu’à eux-mêmes. Bien avant The God Delusion (l’illusion de dieu) de Dawkins, les premiers humains sont tombés dans le piège de la vraie illusion de dieu – qu’ils pourraient être ‘comme Dieu’.

Dans la Déclaration d’indépendance quelque chose a changé en nos ancêtres. Le récit nous dit qu’ils ont senti la honte et ont essayé de se couvrir. En fait, juste après, quand Dieu confronte Adam au sujet de son infraction à l’alliance, il blâme Ève (et Dieu qui l’a créée). A son tour elle blâme le serpent. Personne ne voulait accepter la responsabilité.

Ce qui a commencé ce jour-là se poursuit parce que nous avons hérité de cette disposition innée. Voilà pourquoi les israélites (dans l’article précédent) au temps d’Osée se comportaient comme Adam – parce qu’ils (comme nous) avaient hérité de cette disposition. Certains comprennent mal le récit biblique en inférant que nous sommes coupables de la rébellion d’Adam. En fait, le seul coupable est Adam mais nous vivons les conséquences de la rébellion. Pensons à la génétique. Nous avons hérité d’Adam une nature qui cherche la mutine et donc de manière innée, presqu’inconsciemment, mais de plein gré nous poursuivons la révolte entamée. Être dieu de l’univers n’est pas le seul objectif, mais dieux de nos circonstances; capitaines de nos vaisseaux; autonomes à part de Dieu. Le refrain de Bon Jove “It’s my life” (“C’est ma vie”), celui de Frank Sinatra plus sublime “I did it my way”(“Je l’ai fait à ma façon”), les revues Self (Soi) qui parsèment les allées de supermarchés sont un reflet léger de ce désir, tandis que Mein Kempf (“Mon combat”) de Hitler et le culte de personnalité du dirigeant Kim Jong-II de la Corée du Nord (appelé ‘Cher Dirigeant’) sont des échos bien plus sombres. Ces exemples exposent la tendance en notre nature commencée par la rébellion d’Adam.

Voilà qui explique tant de pour acquis de la vie humaine. C’est la raison du besoin partout de verrous pour les portes, de la police, d’avocats, de mots de passe cryptés pour les opérations bancaires – parce que dans l’état actuel nous allons voler les uns des autres. C’est pourquoi les empires et sociétés finissent tous par se détériorer et s’effondrer – parce que les citoyens de tous ces empires ont tendance à se dégrader. Voilà pourquoi après avoir essayé toutes formes de gouvernements et de systèmes économiques, et bien que certains fonctionnent mieux que d’autres, tout système politique ou économique semble finir par s’effondrer sur lui-même – parce que les personnes qui vivent ces idéologies sont poursuivies par les tendances qui finissent par entraîner le système entier vers le bas. Voilà pourquoi aucune religion n’a pleinement réalisé la vision de leur société – l’athéisme non plus (pensez à l’Union soviétique de Staline, la Chine de Mao, le Cambodge de Pol Pot) – parce que quelque chose dans notre façon d’être tend à nous faire manquer la vision.

En fait, le mot ‘manquer’ résume bien notre situation. Un verset de l’ancien testament donne une image qui m’a aidé à mieux le comprendre. Il dit

Parmi toute cette troupe, il y avait 700 hommes d’élite qui étaient gauchers. Tous ceux-là pouvaient, en lançant une pierre avec la fronde, viser un cheveu sans le manquer. (Juges 20:16)

Ce verset décrit des soldats experts à manier la fronde et qui ne manquaient jamais. Le mot en hébreu traduit ‘manquer’ ci-dessus estיַחֲטִֽא׃ (prononcé Khau-tau). Ce qui est intéressant est que ce même mot hébreu est aussi traduit ‘pécher’ dans la majorité de l’ancien testament. Par exemple, ce même mot hébreu est ‘pécher’ lorsque Joseph, vendu comme esclave en Égypte, n’a pas commis l’adultère avec la femme de son maître, quand même elle le suppliait. Il lui a dit:

Personne n’est plus grand que moi dans cette maison et il ne m’a rien interdit, sauf toi parce que tu es sa femme. Comment pourrais-je commettre un aussi grand mal et pécher contre Dieu? (Genèse 39:9)

Et juste après avoir donné les Dix Commandements il est dit:

Moïse dit au peuple: «N’ayez pas peur, car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu et c’est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux afin de ne pas pécher.» (Exode 20:20)

Dans ces deux passages c’est le même mot hébreuיַחֲטִֽא׃ qui est traduit ‘pécher’. C’est exactement le même mot qui signifie ‘manquer’ en parlant de soldats lançant des frondes aux cibles que dans ces versets où il signifie ‘pécher’ en parlant de la façon dont les gens se traitent. Cette image nous aide à comprendre ce qu’est ‘pécher’. Le soldat prend une fronde et la lance pour frapper la cible. S’il manque il a failli à son objectif. De la même manière nous avons été créés à l’image de Dieu pour atteindre la cible sur la façon dont nous nous adressons à Lui et traitons les autres. ‘Pécher’ c’est manquer cet objectif, ou cette cible, prévu pour nous, et que nous par nos divers systèmes, religions et idéologies visons aussi.

Cette image corrompue et de but-manqué n’est pas belle, ne donne ni plaisir ni optimisme. Au fil des ans j’ai vu des réactions fortes contre cet enseignement biblique. Je me souviens d’une étudiante universitaire me foudroyant du regard et disant, “Je ne vous crois pas parce que je n’aime pas ce que vous dites”. Je trouve cela curieux. Comment est-ce qu’’aimer’ quelque chose a à faire avec le fait que ce soit vrai ou pas? Je n’aime pas les impôts, les guerres, le SIDA et les tremblements de terre – je doute fort que quelqu’un les aime – mais cela ne les fait pas disparaitre, et je ne peux pas non plus les ignorer. Tous les systèmes de loi, police, verrous, clés, sécurité etc. que nous avons élaboré dans la société et prenons pour acquis pour nous protéger les uns des autres suggère qu’il y a une erreur. Tout au moins, cet enseignement biblique mérite considération impartiale.

Nous voilà donc avec un problème. Nous sommes corrompus de l’état original, l’image à laquelle nous avons été créé a été gâchée, et nous ne pouvons atteindre la cible quand il s’agit d’actes moraux. Mais Dieu ne nous a pas laissé là à patauger dans notre impuissance. Il a institué un plan, que nous avons entrevu dans les Signes d’Abraham et la Pâque. C’était un plan pour nous secourir, et voilà pourquoi l’évangile signifie littéralement ‘bonne nouvelle’ – parce que ce plan est la bonne nouvelle que nous devons entendre et recevoir. Mais Dieu n’a pas attendu jusqu’à Abraham pour nous l’annoncer. En fait Il l’a d’abord annoncé dans cette même conversation avec Adam et Ève il y a si longtemps dans le Jardin. Nous verrons cette première annonce de la Bonne Nouvelle dans l’article suivant.

Mais corrompus … comme les Orcs de la Terre du Milieu

Dans mon dernier affichage j’ai examiné la fondation biblique qui explique la manière dont nous devrions voir et nous-mêmes et les autres : Dieu nous a créés selon son image à lui. Mais la Bible continue à développer cette fondation. Les Psaumes sont une collection de chants et de poèmes sacrés et le Roi David a composé le Psaume 14 en environ 1000 av. J.-C. Cet écrit présente un record de la situation courante de la perspective de Dieu.

Du haut du ciel, l’Eternel observe les hommes pour voir s’il y en a un qui est intelligent, qui cherche Dieu : tous se sont éloignés, ensemble ils se sont corrompus; il n’y en a aucun qui fasse le bien, pas même un seul. (Psaume 14 :2-3)

L’expression « se corrompre » s’utilise pour décrire toute la race humaine. Puisqu’il s’agit d’un état où nous nous trouvons, la corruption se réfère au premier état d’être où nous avons été formés selon « l’image de Dieu ». Ce passage déclare que la corruption se démontre dans notre indépendance déterminée à part de Dieu (« tous » se sont « éloignés » de la recherche de Dieu) et dans notre manque du désir de faire le « bien ».

Réfléchissant aux Elfes puis aux Orcs

Lord-of-the-rings-orcs
Les Orcs étaient hideux de tant de façons. Mais ils n’étaient que des descendants corrompus des Elfes.

Pour mieux comprendre ceci, pensez aux orcs de la Terre du Milieu dans le Seigneur des Anneaux comme une illustration. En apparence, en conduite, en tant que dans leur traitement de la terre, les orcs sont hideux. Cependant, les orcs sont des descendants des elfes que Sauron avait corrompus. Si l’on pense à la majesté et à l’état harmonieux dans lequel les elfes existaient avec la nature (réfléchissez à Legolas et aux elfes de Lothlorien) et que l’on se rend compte que ces orcs dégénérés avaient été des elfes qui « se sont corrompus », l’on aura un sens de ce que ce psaume dit à propos des gens. L’intention de Dieu était des elfes mais ce qu’il a trouvé, c’était des orcs.

legalos
Les elfes étaient nobles et majestueux.

Cela convient exactement à ce que l’on peut observer universellement à propos de nous : il n’y a personne qui vive selon sa grammaire morale du bien et du mal. Souvenez-vous que nous avions vu notre grammaire morale innée. Nous sommes capables de la raison morale et reconnaître le « bon » et le « mauvais » comportement. Mais voici le problème : personne ne vit d’après cette connaissance. C’est pourquoi il est difficile des fois de nous rendre compte que nous possédons cette grammaire morale—parce que nous n’observons pas toujours ce sens moral dans nos propres actions et dans les actions d’autrui. Cela ressemble à un virus informatique qui affecte l’opération originale de l’ordinateur. Notre grammaire morale existe mais un virus l’a corrompue.

On arrive alors à une perspective qui est très éducative : le point de départ biblique qui montre les êtres humains comme doués de sensations, personnels et moraux mais aussi comme des êtres corrompus convient bien avec nos observations de nous-mêmes. Avec perspicacité, la Bible évalue l’être humain, remarquant que nous ignorons souvent la nature morale innée et la preuve, c’est que nos actions ne suivent pas vraiment les exigences de cette nature, et cela, à cause de cette corruption. La perspective biblique met le doigt dans le mille. Pourtant, cela soulève naturellement une question: Pourquoi Dieu nous a-t-il faits comme ceci—possédant une grammaire morale mais étant aussi corrompus à cet égard? L’athée Christopher Hitchens s’en plaint :

« …Si dieu avait vraiment voulu que les gens n’aient pas de telles pensées [c’est-à-dire, les pensées perverties], il aurait dû être plus prudent en inventant une espèce différente. » Christopher Hitchens. 2007. Dieu n’est pas grand: Comment la religion détruit tout. p. 100

Voici où, de sa manière précipitée d’attaquer la Bible, l’auteur oublie quelque chose de très important. La Bible ne dit jamais que Dieu nous a façonnés comme cela. Elle explique au contraire que quelque chose de terrible a eu lieu depuis la création initiale, quelque chose qui a résulté en cette situation difficile. Un événement important de l’histoire humaine a eu lieu après notre création. D’après le récit en Genèse, les premiers humains ont résisté à Dieu et leur résistance les a changés et les a corrompus.  Nous appelons cela le Péché Originel

 La Chute de l’Humanité

Cet événement capital de l’histoire humaine s’appelle souvent la Chute. Il est peut-être plus facile de le comprendre en réfléchissant à ce à quoi Adam, le premier homme, faisait face dans son rapport avec Dieu au moment où il a été créé. Pour y pénétrer plus profondément, regardons ce qu’Osée, un prophète du milieu du 8e siècle av. J.-C., nous dit. Dans son livre qui fait partie de l’Ancien Testament, il nous raconte comment son épouse l’avait souvent trompé et comment elle s’était enfuie plusieurs fois pour des liaisons avec d’autres hommes. Au milieu de sa douleur et déception, Dieu lui a ordonné d’aller chercher sa femme, de se réconcilier avec elle et de la regagner. Puis on utilise cet épisode comme une image pour nous montrer comment, aux yeux de Dieu, les Israélites de cette époque-là étaient tout comme l’épouse infidèle. Mais Dieu, comme Osée, désirait se réconcilier si seulement ils admettraient leur faute et reviendraient à lui. Dans ce plaidoyer il y a une comparaison avec Adam :

Que puis-je te faire, Ephraïm? Que puis-je te faire, Juda? Votre attachement est pareil à la nuée du matin, à la rosée qui se dissipe très vite… En effet, je prends plaisir à la bonté et non aux sacrifices, à la connaissance de Dieu plus qu’aux holocaustes. Comme Adam ils ont violé l’alliance; c’est alors qu’ils m’ont été infidèles. (Osée 6 : 4-7)

En d’autres termes, les actions des Israélites de l’ère d’Osée n’étaient qu’une continuation de ce qu’Adam, le premier homme, avait commencé. Il y avait eu un accord entre Dieu et Adam, semblable à un contrat de fidélité dans un mariage. Adam l’avait violé. Le livre de Genèse contient l’entrée où Adam a mangé de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Il y avait eu une alliance ou un accord entre Dieu et Adam spécifiant que ce dernier ne mangerait pas de cet arbre-là; tous les autres étaient à sa disposition. Il ne s’agit pas d’une qualité spéciale dans l’arbre même mais c’était plutôt que sa présence donnait à Adam le choix libre de rester ou de ne pas rester fidèle à Dieu. Adam était une personne douée de sensations, simultanément créée et placée dans un rapport d’amitié avec Dieu. Adam n’avait eu aucun choix à l’égard de sa création mais, quant à son amitié avec Dieu, Dieu lui a donné l’occasion de choisir. Ce choix se centrait sur le commandement de ne pas manger d’un arbre spécifique. Tout comme il n’y a pas de vrai choix de rester debout s’il est impossible de s’asseoir, l’amitié et la confiance entre Adam et Dieu nécessitaient un contexte où une alternative viable existait. Donc, Adam avait le choix de maintenir sa fidélité envers Dieu ou non. On étudiera ce récit de plus près dans l’affichage à suivre.