Moïse a t-il écrit la Torah ?

Deux éléments qui se sont produits  récemment, nous montre l’ampleur et la profondeur de cette question qui nous brûle les lèvres depuis plus de cent ans : Moïse a t-il écrit la Torah ?

Qu’est ce que la Torah ? Qui l’a écrite ?

Les cinq premiers livres de la Bible ( Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome ) font collectivement référence à la Torah pour les Juifs, le Pentateuque pour les Chrétiens et la Taurat pour les Musulmans. Le fait que c’est trois religions monothéistes reconnaissent ces écritures nous montre leurs portées et importances culturelles. D’innombrables érudits Juifs, Chrétiens et Musulmans font références à ses écritures encore de nos jours. De plus Jésus cite librement des passages de la Torah à travers les évangiles. Il est vrai que les érudits avaient différentes interprétations des écritures, cependant ils étaient tous d’accord sur une chose: Moïse avait en effet écrit la Torah 1500-1400 ans av J-C

Moïse et l’Hypothèse documentaire

Mais cela a changé vers la fin du 19ème siècle, quand des savants occidentaux ont avancé une nouvelle idée plutôt audacieuse pour l’époque, qui stipule que Moïse ne serait pas l’auteur du Pentateuque. Ces chercheurs pensent que ces textes ont été écrit bien après Moïse, d’après des textes plus anciens, par des auteurs inconnus. Cette théorie est connue sous le nom de L’Hypothèse documentaire, celle-ci affirme que les cinq premier livres de la Bible ont pour origine des documents différent qui on été écrit par 4 auteurs différents : “J” pour Jahviste, “E” pour Élohiste, “D” pour le document Deutéronomiste, et “P” (pour Prêtre) pour le document sacerdotal. Selon la théorie ces documents ont commencé à être réuni durant le règne du roi Davide (9 siècle avant J-C) et seulement après des centaines d’années l’oeuvre a été finalisé durant le retour des juifs de leurs exile (5ème siècle avant J-C). D’après ce point de vue la Torah est une production humaine venant de sources inconnues et assemblée plus tard par des inconnus.

L’Hypothèse documentaire a été avancé par l’intellectuel l’allemand Wellhausen (1844-1918), ces deux arguments principaux sont : premièrement, que l’écriture n’existait pas 1500 ans av J-C. Selon lui, l’humanité était trop primitive donc la Torah n’a pas pu être écrite aussi tôt. (la création de l’écriture remonte à beaucoup plus loin que 1500 av J-C elle a en effet été créé 2000 ans av J-C donc ce premier argument n’est plus d’actualité). Il pose son deuxième argument sur le fait qu’il y a deux nom pour Dieu dans la Torah. Le premier nom, Elohim, est souvent traduit dans la Bible française par “Dieu”, l’autre nom est Yahweh, Il est souvent traduit par “Seigneur Dieu”. Nous pouvons remarquer que “Dieu” (Elohim) est utilisé dans le chapitre 1 de la Genèse mais dans le deuxième chapitre de la Genèse (2 verset 4) il change et utilise Seigneur Dieu (Yahweh). Quand vous lisez la Torah le nom de Dieu change fréquemment. Wellhausen pensait que c’était une preuve que la Torah venait de deux sources différentes écrites par deux auteurs différents ( “J” et “E” ) qui un peu plus tard était recomposé en un seul document. Ca théorie faisait ensuite référence à d’autres auteurs (“D” and “P”).

L’érudition moderne et Moïse

Bien que les détails de l’hypothèse documentaire ont été critiqués par ceux qui préconisent de nouvelles théories, ce qui est maintenant presque universellement acceptée est que la Torah est le travail de nombreuses personnes, et son développement a duré des siècles, atteignant seulement la forme qu’elle est aujourd’hui quelque part autour de 500 av J-C ” Moïse, au milieu du 2e millénaire avant JC n’a rien à voir avec ça création”, dit l’érudition moderne.

William Dever et le Pentateuque

Considérez les citations suivantes comme celles de William Dever, un archéologue biblique connu:

“Il est universellement admis que le livre du Deutéronome est une addition postérieure au Pentateuque (il a probablement été inséré plus tôt à la fin du 7ème siècle av. J.-C.).” Dever 2003 Qui étaient les précoces Israélites et d’où sont-ils venus? p. 37”

Bien sûr, si les premiers livres de la Bible ont été écrits beaucoup plus tard alors cela signifie que toute les livres suivante viennent plus tard aussi. En fait, tout le calendrier de l’Ancien Testament en est affecté. Dever évalue le livre de Josué,comme étant le successeur immédiat de Moïse.

Nous avons déjà discuté le caractère général de “l’histoire deutéronomique” (qui est, Deutéronome à travers II Rois), dont Joshua est un élément vital. Nous avons constaté que les savants traditionnels datent de la composition et de la première édition de cette grande épopée nationale vers la fin de la monarchie l’Israélite, probablement au cours du règne de Josias (640-609 ans av J-C). Mais les compilateurs doivent avoir eu besoin de beaucoup de «sources» distinctes. Donc nous devons regarder maintenant de plus près le caractère spécial des sources qui ont servi à la réalisation du livre de Josué (Évidemment, Joshua lui-même ne l’a pas l’écrit!) P.38

Le ton est identique à ce que j’ai appris quand j’ai pris des cours à l’université sur la Bible.«Tous les érudits savent que l’auteur traditionnel du livre ne pouvait pas l’avoir écrit». Le livre a «évidemment» été écrit des centaines d’années plus tard, durant le règne du roi David. Mais comment le “savent” ils ?

La Torah, mer Morte, et les événements importants dans l’histoire humaine

Cela nous amène au deux événements qui vont nous amener à nous poser une autre question. Au printemps 2015, les autorités israéliennes des antiquités ont publié , pour la première fois, la plus ancienne copie des Dix Commandements – sans doute la partie la plus importante de la Torah – comme l’une des 14 parties de l’exposition “Tracer les moment clef de l’Histoire”.  En d’autres mots, les clients du musée ont conclu que l’émission des Dix Commandements était dans le Top 14 des événements les plus importants de l’humanité.

ten-commandments-indead-sea-scrolls-atisraeli-antiquities
Les Dix Commandements dans la mer Morte – partie de la Torah

Dans le cadre de la collection de la Mer Morte, la plus ancienne copie des Dix Commandements a environ 2000 ans, elle est devenue si fragile avec l’âge qu’elle peut être sur l’écran uniquement pendant quelques semaines. Ce document est vieux, mais à 2000 ans d’âge, il est si jeune par rapport aux dates de 1500 avant JC (date traditionnelle de la Torah) et 500 avant JC (moderne date de bourse) qu’il n’est pas utile pour répondre à la question : qui a écrit la Torah ? L’horizon temporel est si profond que  même la plus ancienne copie des dix commandement ne peut aider à répondre à la question: qui a écrit ces commandes ?

Le Pentateuque à Palmyre

Deuteronomy inscription in Palmyra
Le Pentateuque à Palmyre

En 2015, l’État islamique a capturé Palmyre dans une sanglante guerre civile en Syrie. Lorsque l’État islamique capture une ville,ça préoccupation principale est l”atrocité qu’il peut créer, mais la ville de Palmyre avait une inquiétude différente en effet cette ville est un Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO en raison de ses ruines qui conservent des traces d’anciennes civilisations. Comprenant les civilisations perses, grecques et romaines,plus des subcultures dont des portes anciennes sur lesquelles sont conservés les versets de la prière juive Shema de Deutéronome 6: 4-9. Cela montre l’influence du Pentateuque, et son ancienneté. Cependant, ces anciennes sculptures ne sont également pas encore assez vieilles pour faire la lumière sur les origines du Pentateuque.

«Jérusalem», «Le Sion», les Juifs et la Torah: Seulement Moïse pouvait passer à travers ça

Vous pourriez penser que les textes et les données archéologiques sont trop récents pour être utile, et avec les chercheurs modernes absorbés dans les théories qui sont seulement profitable dans leurs assertions contre Moïse, la question semble sans espoir. Les religieux (Juif, chrétien ou musulman) peuvent répondre «Moïse» par la raison «religieuses» par la foi, alors que les laïques, sont à la recherche des raisons non religieuses pour le développement du Pentateuque, ils doivent donc se rabattre sur des spéculations complexes.

Mais en réalité, il existe un moyen très simple et facile pour acquérir une certaine clarté sur le sujet. Et avec Internet, vous pouvez le faire. Effectuez une recherche à travers la Torah et regardez si vous pouvez trouver le mot «Jérusalem». Cela va le faire pour vous. Comme vous pouvez le voir, le mot «Jérusalem» apparaît uniquement la première fois dans Joshua. Ainsi, à travers l’ensemble du Pentateuque, de la Genèse à Deutéronome le mot «Jérusalem» n’est jamais utilisé. Jérusalem est aujourd’hui, et a été pendant des milliers d’années, le centre du monde juif.

Son importance pour le peuple juif est comme celle de La Mecque pour les musulmans, ou comme Rome pour les catholiques. Voilà pourquoi le mot «Jérusalem» apparaît 655 fois à travers l’Ancien Testament et 146 fois dans le Nouveau Testament. Il apparaît 229 fois dans Rois et Chronique – mais jamais dans la Torah. Son synonyme «Sion» aussi n’est pas même une fois dans la Torah, ce qui amène sa première apparition à 2 Samuel. Pourtant, à la fin de l’Ancien Testament  «Sion» est utilisé 161 fois. En étudiant un extrait de l’un des psaumes de la période de l’exil (6ème siècle avant JC) nous pouvons avoir une idée de l’importance que Jérusalem avait  pour le peuple juif.

1Là-bas, au bord des fleuves de Babylone, nous étions assis

et nous pleurions en nous souvenant de Jérusalem.

2Aux arbres qui étaient là,

nous avions pendu nos harpes.

3Alors ceux qui nous avaient déportés nous ont demandé de chanter.

Ceux qui nous torturaient nous ont demandé des chants joyeux.

Ils disaient : « Chantez-nous un des chants de Jérusalem ! »

4Comment chanter pour le Seigneur

dans un pays étranger ?

5Jérusalem, si je t’oublie,

que ma main droite m’oublie !

6Si je ne pense plus à toi,

si Jérusalem n’est pas tout mon bonheur,

que ma langue reste collée dans ma bouche ! ( Psaumes 137 : 1-6 )

Jérusalem, est fondée durant la dynastie  de David , et est rapidement devenu le ville sacré pour les Juifs après que le premier Temple ait été construit (environ 960 ans avant J-C). Elle est encore sacrée pour eux aujourd’hui. Pourtant, les savants modernes, quel que soit le documentaire ou la version qu’ils préconisent, voudraient nous faire croire que les éditeurs «Prêtres» ont consciemment édité, changer et mixer toute la Torah, au fil des siècles, lorsque leur attachement à Jérusalem était à son apogée – et ils ont produit l’ensemble de 80000 mots Torah sans jamais utiliser  «Jérusalem » ou « Sion », même une fois! Ces «rédacteurs» vivaient à Jérusalem alors que cette édition se passait. Et cela alors qu’en même temps ils compilaient les autres livres (Rois, Chroniques, Samuel etc) qui utilisent «Jérusalem» plus de 600 fois et «Sion» plus de 100 fois!

Je trouve ma foi bien trop petite et beaucoup trop faible pour croire une telle idée si fantastique. Les savants modernes, pour une raison quelconque, ne parviennent pas à noter ces faits simples évidents qui sont devant leurs yeux. Ils prétendent être en mesure d’observer et d’interpréter les faits, mais ils ne peuvent pas voir ses preuves aussi visibles que leurs nezs au milieux de leurs figures. Le Pentateuque, qui n’évoque pas «Jérusalem» ou le «Sion» doit avoir été finalisé avant l’avènement de la monarchie de David 1000 ans av J-C.  Une équipe d’édition pseudo-Moïse n’aurait pas manqué l’opportunité d’utiliser «Jérusalem» et «Sion» dans la compilation de leur Torah, Jérusalem était très importante à leurs yeux.

Bien que l’absence absolue de «Jérusalem» ou du mot «Sion» dans la Torah ne prouve pas que Moïse ait écrit la Torah en soi, cela prouve que son écriture vient avant la création de Jérusalem par les Juifs (qui était 1000 ans avant J-C) . Cela décrédibilise, d’un seul coup, toutes les théories modernes qui placent sa composition dans le 5ème siècle avant JC. La seule option laissée au repos lorsque la poussière sera retombée de la collision des théories intelligentes est Moïse.