Le Témoignage Juif: le fils d’une vierge venant de la lignée de David?

Nous avons vu par ailleurs l’origine du titre ‘Christ’. Considérons donc à présent une question controverse: Jésus de Nazareth est-il le ‘Christ’ prédit dans l’Ancien Testament Hébreu? C’est une sérieuse question à se poser.

De la lignée de David

Le Psaume 132 de l’Ancien Testament, écrit bien avant la venue de Jesus (environs 1000 avant J.-C.), contenait une prophétie très spécifique qui dit ceci:

10 “A cause de ton serviteur David,
ne repousse pas celui que tu as désigné par onction!
11 L’Eternel a fait ce serment véridique à David,
et il ne reviendra pas sur ce qu’il a promis:
«Je mettrai sur ton trône un de tes enfants.
12 Si tes fils respectent mon alliance
et les instructions que je leur donne,
leurs fils aussi seront assis
pour toujours sur ton trône.»
13 Oui, l’Eternel a choisi Sion,
il l’a désirée pour lieu d’habitation:
14 «C’est mon lieu de repos pour toujours.
J’y habiterai, car je l’ai désiré.
15 Je bénirai sa nourriture,
je rassasierai de pain ses pauvres,
16 je revêtirai ses prêtres de salut,
et ses fidèles pousseront des cris de joie.
17 Là je ferai grandir la puissance de David,
je préparerai un successeur pour celui que j’ai désigné par onction”
Psaume 123:10-17

Souvenez- vous que ‘celui qui est oint = Christ = ‘Messie. On peut voir qu’avant même qu’il n’y ait la Chrétienneté, les Psaumes hébreux/juifs prédirent que celui qui est oint de Dieu ( =’Christ’) viendrait de la lignée de David.

Bien sûr, nous voyons ceci dans le Nouveau Testament où les généalogies de Jésus le présentent comme étant de la lignée de David – tout comme le prédit le Psaume 132.

Jésus était il réellement de la lignée de David

Il semble que la revendication de la réalisation de cette prophétie dans le Nouveau Testament soit suspecte. La raison pour laquelle Matthieu et Luc incluent la généalogie de Jesus dans leur évangile est parce qu’ils veulent que nous voyons une réalisation de la prophétie Juive en Jesus.

Mais qui peut dire s’ils n’ont tout simplement pas inventé leur généalogies pour qu’il y ait une “réalisation”? Ce serait une explication plus naturelle que celle d’un accomplissement ‘divin’. Beaucoup parmi nous face à cette question soit la laissent en suspens soit croient ou ne croient pas et ceci à cause de nos préjugés. Mais attendez le verdict! Le plaidoyer n’est pas terminé – il y a de plus amples preuves à faire ressortir.

Lorsqu’il s’agit de découvrir ce qui s’est ‘réellement’ passé, cela aide de chercher ce que déclarent les témoins hostiles. Un témoin hostile se trouvait être juste sur la scène mais ne partage pas votre opinion général ou votre conclusion. Il est de ce fait déterminé à contredire ou réfuter votre témoignage. Imaginons qu’il y ait eu un accident de voiture entre une personne A et une personne B. Chacun tient l’autre responsable pour l’accident. Mais imaginez que la personne A ait vu la personne B en train de ‘texter’ juste avant l’accident.

La personne B n’a aucune motivation pour être d’accord avec la personne A sur ce point, et si elle admet qu’elle était en train de texter juste avant l’accident alors le juge et le jury ont une bonne raison d’assumer que la personne B était en train de texter puisque les témoins oculaires sont d’accord sur ce point et que la personne B n’a rien à gagner mais à tout à perdre si elle est d’accord sur ce point.

De la même façon, en passant au crible les sources historiques hostiles on peut grandement avancer dans la recherche de ce qui s’est réellement passé lors des controverses et des événements concernant Jésus. A la lumière de ceci, j’ai trouvé intéressant l’étude du travail de l’éminent spécialiste F.F. Bruce Jesus et Christian Origins outsider the New Testament (traduction: Jésus et les Origines Chrétiennes en dehors du Nouveau Testament) ( 1974 215pp.)

Dans cette étude, il a identifié et analysé les références Juives Rabbiniques à Jésus dans le Talmud et la Mishna. Il a noté les commentaires rabbiniques suivant sur Jésus:

Ulla dit: Pourriez-vous croire que la défense de Jésus ait pu être poursuivi avec autant de zèle? C’était un imposteur et le Tout miséricordieux dit: ‘Mais tu le feras mourir; ta main se lèvera la première sur lui pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple ensuite; [Deutéronome 13:9].  C’était différent pour Jésus car il était proche de la royauté p56

FF Bruce fait la remarque suivante concernant la déclaration rabbinique:

L’interprétation est qu’ils essayaient de lui trouver une défense (une note apologétique contre les Chrétiens est visible ici). Pourquoi essayeraient ils de défendre quelqu’un avec de tels crimes. Parce qu’il était ‘proche de la royauté’ c.-à-d. de David. p57

En d’autres termes, Les rabins juifs hostiles ne contestaient pas l’assertion que Jésus était vraiment de la lignée de David. Bien qu’ils n’acceptaient pas la revendication de Jésus d’être le ‘Christ’, et bien qu’ils aient été opposés aux déclaration de l’évangile à son sujet, ils affirmaient toujours que Jésus était issu de la lignée de David.  Nous voyons donc que les auteurs de l’Evangile n’ont pas tout simplement inventé ceci pour pouvoir obtenir la ‘réalisation’.  Les témoins hostiles sont d’accord sur ce point.

Jesus, né d’une vierge, que penser?

On peut très bien pas réagir trop fortement contre le fait que Jésus se revendiquait de la lignée de David. Après tout, il y a toujours une possibilité statistique qu’il y ait des chances que ceci soit vrai.

Mais né d’une vierge?! Il n’y a aucune possibilité que ceci puisse arriver ‘par chance’. C’est un de ces: malentendus, une pure invention, ou alors un Evénement Divin – il n’y a pas d’autres options. Luc et Matthieu affirment clairement que Marie conçut Jésus alors qu’elle était vierge.

Et Matthieu renchérit en citant et déclarant que ceci était la réalisation clair d’une prophétie d’Esaïe ( 750 av. Jésus Christ) qui dit:

Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe:  la vierge sera enceinte, ell mettra au monde un fils et l’appeler à Emmanuel. (cad. Dieu avec nous) Esaïe 7:14 ( et quoté dans Matthieu 1:23 comme réalisation).

C’est à ce point où de plausibles explications naturelles viennent à l’esprit. Si vous creusez juste un peu (comme le font certains) vous apprenez que l’Hébreu (הָעַלְמָ֗ה transcrit haalmah) qui est traduit par ‘vierge’ ci-dessus pouvait aussi dire ‘jeune vierge’, c.-à-d. une jeune femme non mariée.

Peut être c’était tout ce qu’Esaïe voulait dire, en 750 av. Jésus Christ, et étant donné certains ‘besoins’ pieux de la part de Matthieu et Luc de vénérer Jésus ils ont interprété qu’ Esaïe voulait dire ‘vierge’ alors qu’il voulait réellement dire ‘jeune femme’. La grossesse précoce (pratique cependant pour ‘la prophétie’) de Marie avant son mariage, se développe parfaitement en pièce maîtresse de ‘l’accomplissement divin’ de la naissance de Jésus.

Beaucoup m’ont donné de telles explications au cours des années. D’une part, je ne peux les réfuter – après tout les preuves sur la virginité ou non sont difficiles voire impossibles à prouver.  Mais, sans aucun doute, l’histoire n’est pas simple. Le Septante était la traduction juive de l’Ancien Testament Hébreu en Grec réalisé en 250 av. Jésus Christ – 250 ans avant que Jésus soit né.

Comment ces rabbins juifs ont traduit Esaïe 7:14 de l’Hébreu an Grec? Ont-ils traduit par ‘jeune femme’ ou ‘vierge’?  Ce qui m’étonne c’est que bien que les vingtaines de personnes à qui j’ai parlé à ce sujet semblent connaître le fait que l’hébreu original puisse signifier soit ‘jeune femme’ soit ‘vierge’, aucun d’entre eux n’a jamais évoqué le témoignage du Septante.

Lorsque on y regarde, on voit que ceci est traduit, sans équivoque et de façon catégorique par παρθένος (transcrit parthenos), qui signifie ‘vierge’.  En d’autres termes, les rabbins éminents de l’époque de 250 av. Jésus Christ comprirent la prophétie hébraïque comme signifiant ‘vierge’, et pas ‘jeune femme’ – plus de 250 ans avant que Jésus n’apparaisse sur la scène. Ce concept n’a pas été inventé par les auteurs de l’Evangile ou les premiers Chrétiens, c’était juif même bien avant le naissance de Jésus.

Donc pourquoi, un groupe d’érudits juifs en 250 av. Jésus Christ (soixante dix d’entre eux ‘après la tradition) auraient fait une prédiction aussi ridicule et si improbable qu’une vierge allait avoir un fils.  Si vous pensez que c’était parce qu’ils étaient superstitieux et peu scientifiques à cette époque, alors réfléchissez- y. Les gens dans cette région étaient fermiers.

Ils savaient très bien comment la reproduction se passait. Même cent ans avant le Septante, Abraham et Sarah savaient qu’après un certain âge, la ménopause s’installait et que la grossesse devenait impossible.

Aucuns érudit en 250 av. Jésus Christ ne connaissait la table périodique des éléments ou le spectre électromagnétique complet, mais ils comprenaient comment les animaux et les êtres humains se reproduisaient. Ils auraient su que c’était naturellement impossible de prédire une naissance pour un vierge. Mais ils n’ont pas protégé leurs arrières en la faisant devenir une ‘jeune femme’ dans le Septante. Non, ils ont écrit noir sur blanc qu’une vierge aurait un fils.

A présent, considérons l’accomplissement d’une partie de cette prophétie. Bien qu’il ne puisse pas être prouvé que Marie était une vierge, elle était au stage bref de sa vie ou ceci pouvait au moins demeurer une question ouverte.

C’était une époque où les familles était nombreuses. Les familles avec dix enfants n’étaient pas rares. Ceci étant, quelle était la probabilité que Jésus soit le plus vieil enfant?  Car s’il avait eu un frère ou une sœur plus âgée, nous saurions alors que Marie n’était pas vierge. De nos jours, lorsque les familles ont environ 2 enfants, ça correspond à cinquante cinquante des chances, mais à cette époque, c’était plus près de 1 chance sur 10.

En d’autres termes, les chances étaient de 9 sur 10 pour que l’accomplissement puisse être rejeté par le simple fait que Jesus ait eu un frère ou sœur aîné. – mais encore une fois (contre toute attente) il n’en avait pas. A présent, regardons dans tout cela le timing remarquable des fiançailles de Marie. Si elle s’été marié même quelques jours auparavant, la ‘réalisation’ de la prophétie de la naissance venant d’une vierge pouvait encore être tout simplement exclu. Par ailleurs, si elle n’avait pas été encore  fiancée et était devenue enceinte,elle n’aurait pas eu de fiancé pour prendre soin d’elle. Dans cette culture, étant enceinte mais non fiancée, elle aurait eu à se défendre seule – si on l’avait laissé vivre.

Le contexte de Marie

Ce qui me frappe, ce sont ces séries de ‘coïncidences’ remarquables et invraisemblables qui rendent l’explication concernant la vierge impossible à réfuter.  Si Marie avait été marié avant que Jésus soit né ou si Jesus avait eu des frères et sœurs plus âgés, alors les témoins juifs hostiles l’auraient certainement fait remarqué. A la place, il semble encore une fois qu’ils s’en soient remis aux auteurs de l’évangile sur ce point. FF Bruce note ceci lorsqu’il explique la façon dont Jésus est fait référence dans les écrits rabbiniques:

Jésus est fait référence dans la littérature rabbinique en tant que Jesus ben Panteta ou ben Pandira. Ceci peut signifier ‘le fils de la panthère’. L’explication la plus probable est que c’est une altération de parthenos, le mot grec pour ‘vierge’ et il émergea des références chrétiennes où il apparaît comme le fils d’une vierge ( p57-58)

Aujourd’hui, tout comme à l’époque de Jésus, il y a beaucoup d’hostilité envers Jésus et ce que revendique l’évangile. A l’époque, comme maintenant, il y avait une animosité significative envers lui. La différence cependant concernant l’hostilité c’est qu’à cette époque là, il y avait aussi des témoins, et en tant que témoins hostiles, ils n’ont pas réfuté certains points basiques qu’ils auraient dû pouvoir réfuter, s’ils avaient été inventés ou erronés.

Le compte à rebours est lancé – dès l’origine

Dans les articles précédents j’ai considéré la chute de l’homme à partir de son état créé à l’origine. Mais la Bible poursuit un plan conçu par Dieu. Ce plan est centré sur une Promesse.

La Bible – une vraie bibliothèque

Pour bien comprendre cette Promesse il faut connaître les principes de base de la Bible. Bien qu’il s’agisse d’un livre, une appellation plus juste serait celle d’une bibliothèque portable. En effet elle inclut un recueil de livres, écrits par un groupe d’auteurs variés sur une durée de plus de 1500 ans, et reliés de nos jours en un seul tome. Ce fait unique distingue la Bible de tous les Grands Livres du monde. Les différents livres de la Bible présentent des thèses, déclarations et prédictions reprises plus tard par d’autres écrivains. Si la Bible n’avait qu’un seul auteur, ou groupe d’auteurs qui se connaissent, cela ne devrait pas surprendre. Mais les auteurs de la Bible sont séparés par des centaines voire des milliers d’années et sont de classes sociales diverses; ils écrivent dans des civilisations, des langues et des genres littéraires différents; et cependant les messages, allusions et prédictions sont repris sans heurt par les auteurs suivants, ou s’accomplissent par des faits historiques vérifiables en dehors de la Bible. La Bible se distingue ainsi sur un plan tout différent – et en connaissance de cause nous cherchons à comprendre son message. Les manuscrits actuels des livres de l’Ancien Testament (livres qui précèdent Jésus) datent d’environ 200 av. J.-C., beaucoup plus récents que les textes de base pour tout autre livre de l’antiquité.  Et comme le dit l’article sur la fiabilité textuelle, les manuscrits du Nouveau Testament datent d’à partir de 125 apr. J.-C.

La promesse de l’Évangile dans le Jardin

Nous voyons cette aptitude prophétique dans le récit de la Création et de la Chute tout au début du livre de la Genèse dans la Bible. (La Genèse est écrite par Moïse environ 1500 av. J.-C.). Autrement dit, bien qu’il relate le Commencement, le récit est rédigé avec l’Aboutissement en vue.  Voici une Promesse alors que Dieu se confronte à Satan (ou le diable) et lui parle sous forme d’énigme :

“… Je (Dieu) placerai l’inimitié entre toi (Satan) et entre la femme, entre ta semence et entre sa semence.  Lui, il te visera la tête et toi tu lui viseras le talon.” (Genèse 3:15)

Une Promesse sous forme d’énigme – mais compréhensible. En lisant attentivement vous verrez que cinq personnages différents y sont mentionnés ET qu’elle est prophétique car elle porte le regard vers l’avenir (voir l’utilisation répétée des verbes au futur). Voici les personnages:

  1. Dieu
  2. Satan
  3. La femme
  4. La descendance de la femme
  5. La descendance de Satan

Et l’énigme décrit comment ces personnages interagiront à l’avenir. Voici le schéma :

Les relations décrites entre les personnages dans la Promesse
Les relations décrites entre les personnages dans la Promesse

 

 

Le texte ne dit pas qui est ‘la femme’ mais Dieu s’assurera de ce que Satan et la femme, tous les deux, aient une ‘semence’. Il y aura ‘inimitié’ ou haine entre les descendances et entre la femme et Satan. Satan ‘visera le talon’ de la descendance de la femme tandis que la descendance de la femme ‘visera la tête’ de Satan.

Déductions sur la Descendance – un ‘il’

Jusqu’à présent nous n’avons fait d’observations que sur le texte en soi. Passons donc à des déductions raisonnées. Du fait que la ‘semence’ de la femme est dénommé ‘il’ nous savons qu’il s’agit d’un seul être humain de sexe masculin. Cela nous permet d’éliminer quelques interprétations possibles. En tant que ‘il’ la descendance n’est pas ‘elle’ et donc ne peut être une femme – mais ‘il’ vient d’une femme. En tant que ‘il’ la descendance n’est pas ‘ils’, ce qui pourrait être le cas, soit un groupe de personnes, ou une race, ou une équipe, ou une nation. A plusieurs reprises et de différentes manières des personnes ont cru que ‘ils’ au pluriel serait la réponse. Mais la descendance, en tant que ‘il’, n’est PAS un groupe de personnes, qu’il s’agisse d’une nation ou d’un groupe religieux comme les Juifs, les Chrétiens ou les Musulmans, etc. En tant que ‘il’ la descendance n’est pas une ‘chose’ (la descendance est une personne). Cela élimine l’interprétation de la descendance comme étant une philosophie, un enseignement, une technologie, un système économique ou politique, ou une religion donnée. Une ‘chose’ de ce type serait et s’avèrerait encore la solution préférée aux problèmes du monde. Nous croyons que la solution à notre situation est un genre de ‘chose’; les meilleurs penseurs humains au cours des siècles préconisent donc différents systèmes politiques ou éducationnels, technologies, religions, etc.  Mais dans cette Promesse une direction tout autre est indiquée. Dieu avait autre chose à l’esprit – un ‘il’. Et ce ‘il’ écraserait la tête du serpent.

Autre remarque intéressante dans ce qui n’est pas dit. Dieu ne promet pas de descendance à l’homme comme il le promet à la femme. Le fait est vraiment extraordinaire vu l’importance des fils venant de pères à travers la Bible.  De fait, les critiques en Occident décrient l’omission des lignées venant de femmes dans les généalogies de la Bible. La Bible nous paraît ‘sexiste’ puisqu’elle ne considère que les fils d’hommes. Mais ce cas est différent – aucune promesse n’est faite d’une descendance (un ‘il’) venant d’un homme. Il est dit seulement qu’une descendance viendra de la femme, sans faire mention d’un homme.

Parmi tous les êtres humains qui ont existé et qui me viennent à l’esprit, soit historiquement soit mythiquement, seuls deux n’ont jamais eu de père physique. Le premier est Adam, créé directement par Dieu. Le second est Jésus, né d’une vierge (comme l’affirme le Nouveau Testament) – donc pas de père humain. Est-ce Jésus qui est annoncé par l’énigme? Cela correspond à l’observation de la descendance en tant que ‘il’, non pas ‘elle’, ‘ils’ ou une ‘chose’. Si vous lisez l’énigme avec cette perspective quelques éléments se mettent en place.

Lui viseras le talon‘??

Que veut dire le texte quand il parle du serpent qui viserait ‘le talon’? Je ne l’ai compris qu’après avoir travaillé dans les jungles du Cameroun. Nous devions porter de grosses bottes en caoutchouc même dans la chaleur humide – parce que les serpents s’y faufilent dans l’herbe haute et vous viseraient le pied – c.-à-d. le talon – et vous mourriez. Le premier jour j’ai presque marché sur un serpent, et j’aurais pu en mourir. Je comprends l’énigme maintenant. Le ‘il’ allait détruire le serpent, mais le prix qu’il devrait payer, serait sa mort. L’énigme annonce effectivement la victoire accomplie par la mort de Jésus.

La descendance du serpent?

Mais qui est l’autre protagoniste, la descendance de Satan? Bien que le temps nous manque pour l’examiner en détail, les Livres ultérieurs parlent d’une personne future. Notez les descriptions:

“… quand les méchants auront mis le comble à leur révolte contre Dieu, s’élèvera un roi dur et expert en intrigues.

Sa puissance ira en croissant, mais non par sa propre force. Il causera d’incroyables ravages et réussira dans tout ce qu’il entreprendra; il exterminera de puissants adversaires et décimera les membres du peuple saint.

Grâce à son habileté, il réussira à tromper beaucoup de gens, l’orgueil remplira son cœur, il fera périr bien des hommes qui vivaient en paix; il s’insurgera même contre le Prince des princes, mais il sera brisé sans aucune intervention humaine.” (Daniel 8: 23-25; écrit par Daniel à Babylone vers l’an 550 av. J.-C.)

Un homme, soutenu par une puissance invisible défiera le ‘Prince des princes’ mais sa tête aussi ‘sera visée’.

Au sujet de la venue de notre Seigneur Jésus-Christ et de notre rassemblement auprès de lui, …

Que personne ne vous égare d’aucune façon. Car ce jour n’arrivera pas avant qu’éclate le grand Rejet de Dieu, et qu’apparaisse l’homme de la révolte qui est destiné à la perdition,

l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de dieu, et de tout ce qui est l’objet d’une vénération religieuse. Il ira jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu en se proclamant lui-même dieu. (2 Thessaloniciens 2:1-4; écrit par Paul en Grèce vers l’an 50 apr. J.-C.)

Et le dernier livre de la Bible, éloigné de la Promesse dans la Genèse par des milliers de pages et d’années, prédit :

La bête que tu as vue était. Elle n’est plus, elle va monter de l’abîme pour aller à la perdition. Les habitants de la terre dont le nom n’est pas écrit dans le livre de vie depuis la fondation du monde, s’émerveilleront en voyant la bête, car elle était, elle n’est plus et elle viendra.

C’est ici qu’il faut une intelligence éclairée par la sagesse. (Apocalypse 17:8-9; écrit par Jean sur une île au large de la Turquie vers 90 apr. J.-C.)

Ces livres ultérieurs (notez à nouveau la diversité d’auteurs, de cadres et d’époques) parlent très clairement d’un compte à rebours jusqu’à un conflit entre la descendance de la femme et celle de Satan. Mais l’idée à l’état embryonnaire est déjà mentionnée dans cette Promesse de la Genèse, au tout début de l’histoire biblique,  et les détails viendront. L’apogée de l’histoire, c’est-à-dire le compte à rebours jusqu’à la bataille commencée il y a bien longtemps entre Satan et Dieu dans le Jardin est donc prévu dès le début – dans le premier Livre. On pourrait presque croire que l’histoire est vraiment Son Histoire.